Les brasseries du Cameroun annonce une hausse modérée des prix sur certains de ses produits.

 

Les sociétés brassicole au Cameroun, le groupe SABC en tête, ont fini par prendre la décision d’une augmentation des prix, sur certains de leurs produits, apprend-on d’une annonce rendue publique le 1er Mars 2019.

Les brasseries du Cameroun annonce une hausse modérée des prix sur certains de ses produits.

« Le Groupe SABC et les autres membres de CAPA - soucieux de préserver leur modèle socio-économique et sociétal - ne sont en effet plus en mesure d'absorber une charge fiscale supplémentaire face à une pression fiscale que nous jugeons, déjà depuis quelques temps, excessive », fait savoir Emmanuel De Tailly, le directeur général du groupe SABC dans le communiqué qui porte sa signature.


Au moment de l'ouverture des débats sur la loi des finances, une des réformes introduites dans l'avant-projet, annonçait déjà l'évolution vers la situation actuelle. Elle concernait la réduction de la base d'imposition du droit d'accise qui s'applique à la valeur de marché des prix de boisson, qui a été ramené de 20% à 10%. L'association des producteurs d'alcool est montée au créneau pour faire des propositions.


« En dépit des contre-propositions formulées dès le mois de décembre 2018 par la CAPA (Cameroon Alcohol Producers Association) afin d'éviter une augmentation des prix dans un contexte de pouvoir d'achat faible, les dispositions de la loi de finances 2019 sur notre activité nous ont contraints à revoir à la hausse les prix de la majorité des boissons fabriquées et commercialisées au Cameroun », explique aujourd'hui le DG de la SABC qui est un des responsables de l'organisation.


Cette hausse des prix demeure cependant modeste en rapport aux différentes prévisions qui étaient faites sur le marché des boissons et qui annonçaient une augmentation de l'ordre de 100 FCFA à 250 FCFA. Aussi, elle ne touche pas tous les produits, du moins en ce qui concerne ceux du premier groupe brassicole du pays.


« Consciente du rôle moteur du Groupe SABC en faveur de la promotion du « Made in Cameroun » et pour continuer à accompagner le développement du secteur agricole, notamment la culture du maïs camerounais qui entre à 100 % dans la fabrication de la bière MANYAN, la SABC a fait le choix de ne pas répercuter l'intégralité de l'impact de la nouvelle loi sur le prix de ce produit uniquement », ont-ils fait savoir.


Ses responsables ajoutent aussi, que pour protéger le secteur du sucre qui dépend des achats du Groupe SABC, « nous avons également décidé de ne pas répercuter l'impact des nouvelles dispositions fiscales sur la Gamme des boissons gazeuses de marque TOP, dont le prix reste inchangé ».


L'ensemble du secteur brassicole attendait le décret d'application de la nouvelle mesure sur les droits d'accises. La publication le 22 février du nouveau code général des impôts a apporté des précisions à ce sujet. Le document consacre dans un de ses alinéas le maintien du droit d'accise ad Valorem (sur la valeur). Il prévoit aussi que cette taxe soit appliquée sur le prix recommandé du produit, soustrait du droit d'accise spécifique qui frappe les produits brassicoles, mais aussi de la TVA.


Le nouveau texte ne vise donc pas directement les ventes des sociétés brassicoles. Mais elles impactent le rendement final du réseau de distribution, qui est un élément essentiel de la chaîne de valeur de ce secteur. Des experts estiment en effet, que des marges moins élevées pour les revendeurs de gros ou de détails, risqueraient de les conduire à faciliter davantage l'entrée des produits étrangers ou illicites, afin de satisfaire la demande, tout en maintenant leurs attentes de bénéfices.


Une rencontre est prévue ce mercredi 6 mars 2019 avec le ministre du Commerce. « SABC, membre de CAPA, reste mobilisée pour que le « Made in Cameroun » ne disparaisse pas, et que notre agro-industrie continue de porter haut les couleurs du Cameroun » a fait savoir monsieur De Tailly. Mais les discussions s'annoncent déjà serrées et les arbitrages difficiles pour le gouvernement.


Ce dernier a à cœur d'élargir la mobilisation des ressources fiscales, tout en rendant les sociétés à capitaux publics plus compétitives. Or il faut rappeler que l'Etat bénéficie de la SABC de deux manières. Via sa présence comme actionnaire du groupe à travers la Société Nationale des Investissements. Aussi, à travers Maiscam dont une part importante de la production de maïs est rachetée par le brasseur.

Source: agenceecofin.

Exprimez vous:

Vous aimez cet article? Votre opinion compte: laissez un commentaire ici. On a hâte de vous lire!

Si vous aimez cet article, Partagez-le avec vos amis sur Facebook.

A lire absolument:



 

 

REAGISSEZ - LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Vous avez quelque chose à dire? lancez vous: réagissez ici.

ça fait le buzz

10 raisons de manger du « petit-cola » pour avoir une santé de fer.

 

 

Cameroun: Une femme tue son mari avec de l'eau bouillante.

 

 

3 raisons de ne pas laisser votre téléphone à la charge toute la nuit.

 

20 pasteurs les plus riches au monde.

 

10 artistes africains les mieux payés en concert.

 

Cameroun : Le Nigérian retrouvé mort dans le coffre de sa voiture aurait été tué par sa femme et son amant.

 

 

Cameroun: Basile Atangana Kouna, une vie de prince à la prison centrale de Kondengui.

 

4 postes à pourvoir à l'Ambassade d'Arabie Saoudite.

 

Le Ministre de la communication confirme que Sisiku Ayuk Tabe et plusieurs sécessionnistes extradés du Nigeria sont effectivement au Cameroun.

 

Top 10 des musiciens les plus riches d’Afrique selon Forbes.

 

Cameroun : La Société générale obtient l’autorisation de déployer ‘‘Yup’’, son service de mobile money.

 

Les + vus